fbpx

Sous-total: 0,00


Votre panier est vide.

Sélectionner une page

La Réalité virtuelle pour les enfants ? Mythes et réalités

par | 15 Avr, 2019

Les enfants sont-ils plus fragiles face à la réalité virtuelle ? A quel âge votre enfant peut-il commencer à jouer en réalité virtuelle ?

Un nouveau rapport vient d’être publié en avril 2018 par le chercheur Jeremy Bailenson du Virtual Human Interaction Lab de Stanford, en partenariat avec Common Sense Media. La conclusion du rapport est que nous ne savons finalement que peu de choses concernant les effets de la VR sur les enfants.

Nous pouvons cependant identifier quelques sujets de préoccupations et de vigilance quant à l’usage de la VR chez les enfants.

 

La distinction du réel et du virtuel

Un des sujets majeurs de préoccupations restent l’incapacité des enfants à distinguer l’expérience virtuelle en tant que tel. Le cerveau étant tellement dupé par l’aspect “réel” de l’expérience qu’il pourrait leur paraitre difficile d’imaginer que ce qu’ils ont vécu puisse ne pas être la réalité.

Cette capacité de la VR a “dupé” le cerveau peut avoir d’autres effets thérapeutiques intéressants.

Certains médecins ou dentistes commencent à utiliser la VR pour soigner des blessures sans anesthésie. En effet en distrayant le cerveau de l’enfant avec une atmosphère réconfortante ou contraire à l’expérience douloureuse qu’ils sont en train de vivre, on arrive à réduire voir à supprimer l’effet de douleur ressentie. (voir cet article sur le sujet)

En revanche soumettre une expérience d’attaque de zombie à un enfant par définition vulnérable, peut être tout à fait traumatisant.

Il convient donc d’être vigilant sur le type d’expériences à soumettre à votre enfant, privilégiez les expériences fantastiques avec des graphismes propres à être identifié comme relevant de l’imaginaire, plutôt que des expériences ultra-réalistes ou effrayantes.

En ce qui concerne les limites d’âge recommandées : L’important est que les enfants soient en mesure de distinguer le réel du fictif. Cette distinction se fait généralement entre 5 et 7 ans.

 

Les effets sur la vision

D’après une étude américaine, le pourcentage de personnes atteint de myopie entre 12 et 54 ans est passé de 25 % en 1971 à 41,6 % en 1999. L’utilisation toujours plus importante des ordinateurs, des livres et des smartphones en serait la principale raison.

Gilles Renard ophtalmologiste compare l’utilisation du smartphone à celui de la réalité virtuelle: ” Quand l’enfant utilise son smartphone il va naturellement rapprocher l’appareil de ses yeux. Et ces derniers vont se concentrer sur un point très proche. Vous devez penser qu’avec le casque il se passera la même chose parce que l’image se trouve également très proche de l’œil. Mais les casques ont des lentilles dans le dispositif font que l’œil aura tendance à regarder beaucoup plus loin […] Cependant l’écran oblige à la mise au point permanente de l’œil, sinon il voit flou, ce qui représente un effort d’accommodation extrêmement fort. Les enfants en sont capables, mais cela va générer une fatigue

Le dispositif utilisé par les casques reproduit le système actuel de fonctionnement de l’œil en affichant une image de chaque côté afin de gérer la profondeur.  Ainsi il serait possible de repérer un dysfonctionnement chez un enfant plus tôt grâce aux casques.

En conclusion il convient d’être vigilant sur le temps d’immersion des enfants aux expériences de réalité virtuelle. Nous préconisons un maximum de 30-40 minutes par expériences pour les enfants entre 7 et 13 ans.

 

L’intérêt pédagogique

Il devient possible de faire découvrir d’autres lieux, d’autres époques, sans bouger de chez soi. Une méthode attractive pour convaincre les enfants de l’intérêt de certaines matières scolaires comme l’Histoire-Géographie, la physique-chimie, les sciences et les mathématiques …
En affichant certaines informations en 3D elles peuvent devenir plus lisibles et compréhensibles pour l’enfant.

La VR a d’ailleurs déjà passé les frontières de la classe dans certains établissements, et les perspectives de ludification de la salle de classe sont immense et regarder de très près par les acteurs de la TEch à l’instar de Mark Zuckerberg qui compte investir plus de 10 millions dans les applications pédagogiques en VR.

Nous ne sommes qu’au tout début de ce phénomène, mais à en croire les prédictions de Goldman Sachs près de 700 millions vont être investis sur le sujet d’ici 2025.

Pour l’heure quelques expériences intéressantes existent déjà:

National Geographic a lancé des reportages 360° pour découvrir l’histoire et la géographie de façon distrayante.

Google Earth VR permet de s’immerger dans n’importe quel endroit du globe jusqu’à parcourir les rues de New-York, comme si on y était.

Within propose de court reportage à même de susciter une meilleure empathie des enfants face aux enjeux de société

The body VR est une expérience qui permet de s’immerger dans le corps humain et de découvrir la biologie humaine de l’intérieure

Bref la VR pédagogique n’en est qu’à ses balbutiements, et il est fort à parier que la classe de demain sera en grande partie virtuelle. D’ores et déjà on peut constater la valeur pédagogique de cet enseignement et des expériences d’apparence distrayante ou ludique peuvent en fait avoir un véritable impact sur les progrès pédagogique de l’enfant.

La Réalité virtuelle pour les enfants ? Mythes et réalités

par | 15 Avr, 2019 | 0 commentaires

Les enfants sont-ils plus fragiles face à la réalité virtuelle ? A quel âge votre enfant peut-il commencer à jouer en réalité virtuelle ?

Un nouveau rapport vient d’être publié en avril 2018 par le chercheur Jeremy Bailenson du Virtual Human Interaction Lab de Stanford, en partenariat avec Common Sense Media. La conclusion du rapport est que nous ne savons finalement que peu de choses concernant les effets de la VR sur les enfants.

Nous pouvons cependant identifier quelques sujets de préoccupations et de vigilance quant à l’usage de la VR chez les enfants.

La distinction du réel et du virtuel

Un des sujets majeurs de préoccupations restent l’incapacité des enfants à distinguer l’expérience virtuelle en tant que tel. Le cerveau étant tellement dupé par l’aspect “réel” de l’expérience qu’il pourrait leur paraitre difficile d’imaginer que ce qu’ils ont vécu puisse ne pas être la réalité.

Cette capacité de la VR a “dupé” le cerveau peut avoir d’autres effets thérapeutiques intéressants.

Certains médecins ou dentistes commencent à utiliser la VR pour soigner des blessures sans anesthésie. En effet en distrayant le cerveau de l’enfant avec une atmosphère réconfortante ou contraire à l’expérience douloureuse qu’ils sont en train de vivre, on arrive à réduire voir à supprimer l’effet de douleur ressentie. (voir cet article sur le sujet)

En revanche soumettre une expérience d’attaque de zombie à un enfant par définition vulnérable, peut être tout à fait traumatisant.

Il convient donc d’être vigilant sur le type d’expériences à soumettre à votre enfant, privilégiez les expériences fantastiques avec des graphismes propres à être identifié comme relevant de l’imaginaire, plutôt que des expériences ultra-réalistes ou effrayantes.

En ce qui concerne les limites d’âge recommandées : L’important est que les enfants soient en mesure de distinguer le réel du fictif. Cette distinction se fait généralement entre 5 et 7 ans.

Les effets sur la vision

D’après une étude américaine, le pourcentage de personnes atteint de myopie entre 12 et 54 ans est passé de 25 % en 1971 à 41,6 % en 1999. L’utilisation toujours plus importante des ordinateurs, des livres et des smartphones en serait la principale raison.

Gilles Renard ophtalmologiste compare l’utilisation du smartphone à celui de la réalité virtuelle: ” Quand l’enfant utilise son smartphone il va naturellement rapprocher l’appareil de ses yeux. Et ces derniers vont se concentrer sur un point très proche. Vous devez penser qu’avec le casque il se passera la même chose parce que l’image se trouve également très proche de l’œil. Mais les casques ont des lentilles dans le dispositif font que l’œil aura tendance à regarder beaucoup plus loin […] Cependant l’écran oblige à la mise au point permanente de l’œil, sinon il voit flou, ce qui représente un effort d’accommodation extrêmement fort. Les enfants en sont capables, mais cela va générer une fatigue

Le dispositif utilisé par les casques reproduit le système actuel de fonctionnement de l’œil en affichant une image de chaque côté afin de gérer la profondeur.  Ainsi il serait possible de repérer un dysfonctionnement chez un enfant plus tôt grâce aux casques.

En conclusion il convient d’être vigilant sur le temps d’immersion des enfants aux expériences de réalité virtuelle. Nous préconisons un maximum de 30-40 minutes par expériences pour les enfants entre 7 et 13 ans.

L’intérêt pédagogique

Il devient possible de faire découvrir d’autres lieux, d’autres époques, sans bouger de chez soi. Une méthode attractive pour convaincre les enfants de l’intérêt de certaines matières scolaires comme l’Histoire-Géographie, la physique-chimie, les sciences et les mathématiques …
En affichant certaines informations en 3D elles peuvent devenir plus lisibles et compréhensibles pour l’enfant.

La VR a d’ailleurs déjà passé les frontières de la classe dans certains établissements, et les perspectives de ludification de la salle de classe sont immense et regarder de très près par les acteurs de la TEch à l’instar de Mark Zuckerberg qui compte investir plus de 10 millions dans les applications pédagogiques en VR.

Nous ne sommes qu’au tout début de ce phénomène, mais à en croire les prédictions de Goldman Sachs près de 700 millions vont être investis sur le sujet d’ici 2025.

Pour l’heure quelques expériences intéressantes existent déjà:

National Geographic a lancé des reportages 360° pour découvrir l’histoire et la géographie de façon distrayante.

Google Earth VR permet de s’immerger dans n’importe quel endroit du globe jusqu’à parcourir les rues de New-York, comme si on y était.

Within propose de court reportage à même de susciter une meilleure empathie des enfants face aux enjeux de société

The body VR est une expérience qui permet de s’immerger dans le corps humain et de découvrir la biologie humaine de l’intérieure

Bref la VR pédagogique n’en est qu’à ses balbutiements, et il est fort à parier que la classe de demain sera en grande partie virtuelle. D’ores et déjà on peut constater la valeur pédagogique de cet enseignement et des expériences d’apparence distrayante ou ludique peuvent en fait avoir un véritable impact sur les progrès pédagogique de l’enfant